Nos actualités

Négocier des lignes de découvert avec sa banque


Rien n’est immuable, tout ce négocie… y compris les conditions d’utilisation de votre compte bancaire d’entreprise ! banqueLe banquier est un fournisseur comme les autres, alors il n’y a pas de raisons de ne pas négocier ses services comme ceux de n’importe quel autre de vos prestataires/fournisseurs/partenaires. Les lignes de découvert font partie de ces éléments à négocier qui peuvent avoir un impact non négligeable sur la santé financière de votre entreprise. Explications et conseils pour négocier un découvert professionnel avec votre banque.

1/ POURQUOI NÉGOCIER SON DÉCOUVERT ?

Le découvert est un crédit à court terme relativement peu coûteux… dans la mesure où il concerne des sommes relativement faibles et sur de courtes durées. Voilà pourquoi le découvert est intéressant pour une entreprise. Car en cas de décalage de trésorerie, l’entreprise n’aura pas besoin de solliciter des financements ou ne se retrouvera pas en cessation de paiement : elle pourra puiser sur son découvert pour couvrir ses échéances.

C’est d’ailleurs bien souvent le cas pour des entreprises saisonnières ou pour des entreprises qui ont un décalage important entre le moment où un contrat est signé et le moment où la facture est encaissée. On pense évidemment aux entreprises du bâtiment qui peuvent passer des mois sur un chantier pour ne percevoir le solde de la prestation qu’un mois après la fin du chantier. Pendant ce délai, il faut payer les salariés, l’essence, le matériel, les matériaux, etc. Alors bien sûr, ces périodes de travaux sont financées par les autres travaux : le décalage d’encaissements et de décaissements est partiellement compensé, mais parfois pas de manière optimale !

2/ QUELS POINTS NÉGOCIER CONCERNANT SON DÉCOUVERT PROFESSIONNEL ?

La première chose à négocier avec son banquier est donc une ligne de découvert autorisée sans frais. Le principe : négocier une somme définie en fonction de l’activité et du BFR en-deçà de laquelle la banque ne prélève aucun frais, n’applique aucun agio.

L’autre point à négocier concerne évidemment le taux des agios et l’éventuel montant des frais associés au découvert non autorisé. Sachant que l’ensemble ne peut légalement dépasser le taux de l’usure (aux environs de 20%, agios et frais compris), l’idée est de négocier un TAEG inférieur à 18 voire 15% pour votre découvert autorisé.

3/ QUAND NÉGOCIER SON DÉCOUVERT AVEC SA BANQUE ?

Tout cela est d’autant plus facilement négociable que votre entreprise a du poids et une rentabilité importante. Si vous êtes régulièrement dans le rouge, que vous ne dégagez chaque année qu’une capacité d’autofinancement faible et que vous avez régulièrement des découverts sans raison apparente, il va être difficile de négocier.

Inversement, si vous avez de la trésorerie placée dans votre banque, que vous dégagez une belle rentabilité de manière régulière et que vous avez une belle trésorerie, la négociation sera plus simple.

Voilà pourquoi le meilleur moment pour négocier des lignes de découvert bancaire est quand ça va le mieux et que vous avez au moins 1 ou 2 bilans positifs à présenter. Vous êtes en position de force, vous pouvez partir en cas de refus de votre banque et vous n’avez rien à vous reprocher. C’est donc le moment de négocier votre découvert professionnel. Ce n’est pas quand les choses vont mal que l’on négocie avec son banquier mais quand les choses vont bien !

 

Source: www.petite-entreprise.net – Publié le mercredi 21 octobre 2015, mis à jour le mercredi 21 octobre 2015
Actualités, Trésorerie

Laisser un commentaire (0) ↓

Laisser un commentaire